La colite a-t-elle une influence sur la grossesse?

Si la fécondation a lieu pendant une phase d’inactivité de la maladie, le risque de récidive est le même que chez les femmes qui ne sont pas enceintes. Cependant, si la fécondation a lieu pendant une phase active, le risque que cette activité perdure pendant la grossesse est accru.

En soi, la grossesse a un effet plutôt positif sur l’évolution de la colite ulcéreuse : la qualité de vie est généralement meilleure et chaque nouvelle grossesse diminue ensuite le risque de crise ou d’opération.

Néanmoins, le risque de crise pendant la grossesse est de 1 sur 3 chez les patientes qui ne prennent pas de traitement de fond. Ce genre de crise n’est pas sans risque pour la mère et le bébé.

Une maladie active pendant la grossesse augmente le risque de prématurité, d’un poids faible à la naissance, d’un faible score d’Apgar (évaluation de la vitalité d’un nouveau-né reposant sur la simple observation au moment de sa naissance et de soins néonataux intensifs. Un traitement rapide et intensif lors d’une crise est donc très important.

Suivre un traitement pendant la grossesse est sans risque. La plupart des médicaments pour le traitement de la colite ulcéreuse sont sans danger pendant la grossesse. Dès que vous souhaitez avoir un enfant et que ce désir se concrétise, il est nécessaire de discuter de votre traitement avec votre médecin. Car tous les traitements ne sont pas sans risque. Mieux vaut donc parfois adapter votre traitement. Afin d’éviter les crises, vous devriez en principe continuer à prendre vos médicaments.

Une endoscopie pendant la grossesse est sans danger.

La plupart des femmes atteintes d’une maladie inflammatoire de l’intestin donnent naissance par voie naturelle. Mais en cas de complications affectant l’anus ou le plancher pelvien, ce type d’accouchement n’est pas possible. On opte alors pour la césarienne.