Eradiquer le tabou de la maladie

Mes posts sur le blog et l’interview dans le magazine Nina m’ont valu de nombreuses réactions positives. Tant de la part de collègues que de membres de la famille éloignés. J’hésitais à faire l’interview avec Nina, mais je suis heureuse d’avoir accepté. Le fait d’en avoir parlé publiquement a fait de la maladie un sujet plus abordable. Qui sait, peut-être y a-t-il dans mon école des parents qui sont atteints également et qui osent à présent en parler ?

Pas de chichis

Un autre avantage de mon coming out : l’absence de chichis pendant la période des fêtes. Tout le monde était au courant et faisait preuve de compréhension lorsque j’évitais un plat ou que je ne levais pas mon verre avec les autres. Au cours de la soirée de nouvel an de la famille de mon mari, certains sont venus me dire qu’ils me trouvaient courageuse d’en avoir parlé.

Heureusement, mes intestins ne m’ont causé aucun souci pendant cette période. Pas de nausées, ni de sensations de ballonnement, c’était magnifique. J’avais pris mes précautions. Ainsi, la fondue avait été préparée avec des légumes cuits à la vapeur plutôt qu’avec des légumes crus et j’ai bu très peu de champagne.

Partagez cette page