Farine de sarrasin et crème de soja

En théorie, je peux manger tout ce que je veux. J’ai pourtant décidé de suivre un régime sans lactose et pauvre en gluten. J’ai toujours été intolérante au lactose et un médecin alternatif m’a conseillé de manger aussi peu de gluten que possible. Les directives que l’on m’a données soulignent que la nourriture ne joue aucun rôle, mais je constate que je me sens mieux si je ne mange ni lactose ni gluten.

Pour moi, cela n’a rien de difficile, certainement pas lorsque je cuisine. Nous cuisinons de toute façon sans lactose et je prépare pour moi-même une portion séparée de pâtes sans gluten. Je sais que pour certaines personnes, cela équivaut à diminuer sa qualité de vie, mais j’estime que c’est un souci bien plus important de devoir absorber une lourde médication toute ma vie et souffrir des symptômes de la maladie.

Ceci dit, je trouve les alternatives sans gluten et lactose plutôt onéreuses. Nous disposons heureusement du budget nécessaire, mais je peux imaginer que certaines personnes ne peuvent payer cela.

Au secours, les jours fériés reviennent !

Cela de soi, suivre un régime strict comporte également des désavantages. Ainsi, je m’inquiète déjà du retour des jours fériés. La mère de Peter cuisine toujours le soir de Noël et dépose chaque année sur la table un repas incroyablement délicieux, mais également très lourd. J’essaie alors de rester raisonnable, parce que si je mange sans en avoir envie, je deviens très malade.

CROHNGETUIGEMELLE_DRIESLUYTEN18

Partagez cette page