Habiter avec sa fille

Il y a deux ans, Ann a emménagé chez moi. Je la soutiens du mieux que je peux, ce n’est pas toujours facile. Je vois par exemple à son expression quand il est préférable de la laisser tranquille.

Ann n’a jamais eu une relation. Cela n’a rien à voir avec sa maladie, je pense qu’elle n’en a simplement jamais ressenti le besoin. Elle a bien habité seule pendant quelques années, à la côte, où elle travaillait au guichet dans un bureau de poste.

Voici quelques années, elle a travaillé pendant un an sans interruption, sans un jour de vacances. En outre, elle travaillait également le samedi. Ce fut trop pour elle et elle a sombré. Revenir à la maison était la solution. Mais au prix d’une sérieuse adaptation naturellement.

J’étais contente de son retour, car je savais qu’elle avait des problèmes et en tant que mère, je me devais de l’aider. Pour moi, c’était une bonne chose qu’elle revienne à la maison. Heureusement, Ann a rapidement trouvé un travail dans le quartier. À présent, nous faisons à nouveau, comme dans le temps, beaucoup de sorties ensemble.

Même pas Soulsister

Certains jours, Ann se sent très bien physiquement et mentalement, mais la plupart du temps, la maladie est présente dans sa vie. Quand elle taquine beaucoup son chien, je sais qu’elle se sent bien. Les mauvais jours, il vaut mieux la laisser en paix. Elle ne peut rien faire à cela. Je connais les petits signaux : un gros soupir, la porte qui se referme plus sèchement que d’habitude. Dans ces moments, elle ne supporte même pas sa musique favorite. Ann est folle de Soulsister, mais même cela ne lui dit rien.

 

Partagez cette page

Liliane sur ...


Ann, la fille de Liliane, est atteinte de Crohn