Je me concentre sur moi

Rétrospectivement, le début de ma maladie a été une période difficile. J’étais très fatiguée, mais je continuais à travailler et à maintenir mes activités sociales. Je dépassais continuellement mes limites physiques.

Planning chargé

Je n’avais pas encore conscience à l’époque que je ne vivais qu’à 50% de mon niveau d’énergie normal. Je pensais que ce niveau ‘était’ mon niveau d’énergie normal. Il n’était pas question de m’arrêter. Mon agenda était toujours plein. Cette pression n’avait probablement pas un impact positif sur la gravité de mes symptômes. Je devais organiser ma vie différemment. Et j’ai commencé à le faire étape par étape durant mes années de maladie.

 

Ne pas ruminer

J’ai toujours eu un état d’esprit positif. Quand j’étais très malade, j’envisageais plutôt ce que je pouvais faire et non pas ce qui m’était interdit. Après mes opérations, j’ai pu augmenter le rythme un peu plus chaque jour. Je me concentrais sur cela plutôt que sur la douleur. J’ai fait un énorme travail sur moi-même au cours des 12 dernières années.

J’ai appris à rester sereine en toutes circonstances et je me suis rapprochée de moi-même. Je vis de manière plus consciente et je peux dire fièrement que je suis de nouveau en bonne santé. Je suis reconnaissante à tous ceux qui ont été là pour moi pendant toutes ces années : ma famille, mes amis, mes étudiants, mon équipe médicale. Et surtout : moi-même. Je suis devenue ma meilleure amie, que je chéris pour le reste de ma vie et dont je continuerai toujours à m’occuper avec beaucoup d’amour.

Partagez cette page

Karen sur ...


Karen est atteinte de colite ulcéreuse