Ma vie avec la colite

Je travaille comme sage-femme sur le campus Gasthuisberg du CHU de Louvain. J’ai toujours rêvé d’y travailler, et il y a deux ans, ce rêve est devenu réalité. J’ai commencé comme infirmière et ensuite comme sage-femme.

En plus de mon activité de sage-femme, je travaille aussi au bureau d’étude d’oncologie gynécologique. Au total, je suis donc active à plein temps et j’en suis ravie. Actuellement, je me sens super bien dans ma peau et ça me convient parfaitement d’être occupée à temps plein. J’ai aussi envie d’en apprendre plus, et mon job me procure vraiment de l’énergie.

Vie active

En dehors des heures de travail, j’essaie autant que possible d’être active. J’adore faire du sport et de l’exercice : je pratique régulièrement la course à pied, la danse et le volleyball, sans oublier le yoga et le tai-chi que je fais volontiers aussi. Cela m’apaise et je m’étire bien, ce qui est bon pour mon corps. Je m’y adonne chaque jour, ne serait-ce que pour quelques minutes. Car si je ne m’étire pas, mon corps devient raide et je souffre de douleurs articulaires. Beaucoup de personnes atteintes de la maladie de Crohn et de colite ont ce genre de problème.

En hiver, c’est à l’intérieur que je fais de l’exercice. Dans notre maison, nous avons aménagé une pièce en espace dédié au sport et au yoga. Très pratique et accessible. Mais je préfère quand même me rendre dehors pour profiter du bon air. Avec mon compagnon, nous partons souvent pour de longues marches. Et si je ne suis pas en train de faire de l’exercice, vous me retrouverez au milieu de mes casseroles, une activité que j’adore et qui me permet de tester de nouvelles recettes que je partage ensuite sur mon blog.

Le meilleur remède : l’exercice

Sur mon blog soscolite.be, je partage aussi mes expériences et toutes sortes d’infos et de conseils consacrés à l’importance de l’exercice et d’une alimentation saine. J’ai par exemple posté un texte sur la manière de vivre avec un ventre contracté en permanence. Je m’efforce d’encourager les gens à pratiquer un sport ou à faire de l’exercice parce que cela me réussit tellement bien. Pour moi, c’est le meilleur remède !

Le déclencheur par excellence : le stress

J’essaie autant que possible de vivre sainement et sans stress afin de réduire au minimum les risques de crise. Car pour moi, le plus grand déclencheur de crise, c’est le stress. Pour quelqu’un comme moi qui est perfectionniste ou qui se tracasse souvent, ça peut parfois être difficile. Si je sens que je stresse, j’essaie tout d’abord de me concentrer sur ma respiration. Lorsque je respire en toute conscience, je m’apaise. Cette technique a sur moi un effet immédiat et présente l’avantage de pouvoir être pratiquée n’importe où. Chez moi, je fais aussi des exercices de tai-chi ou alors des étirements. Tout cela m’apaise réellement.

Partagez cette page

Siegrid sur ...


Depuis 2014, Siegrid est atteinte de colite ulcéreuse.